Sujet Lieux Personnes
Archives de l'Etat du Valais - Médiathèque Valais - Musées cantonaux du Valais
Vous êtes ici > Portails thématiques > Patrimoine culturel immatériel > Traditions de la liste cantonale

Traditions de la liste cantonale

Champéry 1830

Actuellement le groupe se compose d'une vingtaine de danseurs et de 6 à 8 musiciens. Comme par le passé, la tradition se conserve de façon orale; il n'existe pas de musique écrite, elle se transmet au fil du temps de générations en générations. Il en va de même pour les pas de danse.

Pour en savoir plus

Chanson populaire du Haut-Valais : Abschied vom Gantertal

La «chanson folklorique du Haut-Valais», située géographiquement dans le genre du Haut-Valais, commence à s'exprimer à la fin du XIXe siècle. Son émergence va de pair avec la fondation des sociétés vocales qui se sont développées dans toute la Suisse dans la seconde moitié du XIXe siècle, les associations en général et l’éducation populaire naissante. Il se considère principalement comme un solo ou une chanson polyphonique composée, avec ou sans accompagnement, et évolue progressivement vers le chant folklorique au sens étroit du terme, grâce à son ancrage large et actif et à sa dissémination dans les milieux scolaires, religieux et publics.

Pour en savoir plus

Culture du seigle et le pain de seigle

Comme partout dans les villages de montagne valaisans, le seigle était, à l’instar d’ Erschmatt, l’ingrédient de fabrication du pain, destiné à la population, le plus important. La culture du seigle et sa transformation en pain constituaient l’un des fondements naturels de l’autosubsistance. A Erschmatt, cette tradition s’est maintenue relativement longtemps, même après la construction de la route. Encore aujourd’hui, le grand four à pain du village est chauffé une fois par an, à la fin de l'année, durant une quinzaine de jours.

Pour en savoir plus

Rituels funéraires en Valais

En Valais, les rituels funéraires se sont passablement modifiés au milieu du 20e siècle. A cette période, le canton vit des transitions économiques et sociales importantes. Dans ce contexte, un certain détachement est pris avec les conceptions spirituelles et donc l’Eglise. Le rapport à la mort évolue également, elle devient un interdit, on s’en distancie. Le défunt n’est plus veillé au sein du foyer, mais confié à des structures spécialisées, la forme de la cérémonie d’enterrement qui était dictée par l’Eglise et impliquait la communauté villageoise est davantage personnalisée. Toutefois, une certaine attache à des pratiques plus anciennes est à noter. Ce texte propose d’aborder les rituels funéraires en Valais, à travers l’exemple d’Hérémence, de la fin du 19e siècle à nos jours.

Pour en savoir plus

Théâtre de l’homme sauvage dans le Haut-Valais

Le théâtre de l’homme sauvage est une coutume ancrée dans la culture haut-valaisanne et qui, vraisemblablement, tire son origine d’un rituel de persiflage datant du Moyen-âge. Au cœur du récit se trouve le personnage de l’homme sauvage, accusé par les villageois ou par l’ermite de la forêt, son antagoniste, de violation des conventions sociales. Il endosse dès lors le rôle de bouc émissaire coupable de tous les délits de la communauté villageoise. Celle-ci le pourchasse et l’emprisonne, avant de lui faire un procès. Généralement, la pièce se termine par la condamnation à mort et l’exécution de l’homme sauvage.

Pour en savoir plus

Powered by 
 - Hébergé au sein du réseau scientifique valaisan VSnet
Hyménoptères
Musée cantonal, 2012
Lens, 1930
Charles Dubost, Médiatèque Valais
Entrée du Valais dans la Confédération
Archives Cantonales, Michel Martinez Sion